Le plus gigantesque ours de tout les temps

Classification :

Règne : Animalia

Phylum : Chordata

Class : Mammalia

Ordre : Carnivora

Superfamille : Arctoidea

Famille : Ursidae

Sous-famille : Tremarctinae

Tribu : Tremarctini

Genre : † Arctotherium Burmeister, 1879

Espèce : † Arctotherium angustidens

 

Arctotherium est composé de 5 espèces sud-américaines et A. angustidens est la plus ancienne,

la plus grande et apparemment même parmi l’ensemble des prédateurs.

Arctotherium est le grand frère d’Arctodus et fait partie avec lui des Tremarctinae

qui comprend en outre les genres Tremarctos (ours à lunettes) et Plionarctos.

 

Nous avons compulsé deux études menées par le Docteur Leopoldo H. Soibelzon :

- la première sur la découverte d’une mère et de ses deux oursons

- et la seconde sur l’humérus d’un mâle, à l’heure actuelle le plus grand ours jamais répertorié.

 

C’est la traduction de plusieurs articles parus en Argentine qui sera la trame de ce document

 

I - First report of a South American short-faced bears' den

(Arctotherium angustidens) :

palaeobiological and palaeoecological implications

 

Premier rapport sur la tanière d’un Ours à Face Courte sud-américain

Arctotherium angustidens) :

implications paléobiologiques et paléoécologiques.

 

Les spécialistes du Département Scientifique de Paléontologie des Vertébrés

du Museo de La Plata ont décrit une espèce d'ours qui a vécu en Argentine

voilà des milliers d'années.

Leur travail a été publié au niveau international.

Le travail des scientifiques de La Plata, récemment publié

par l'Association Australienne de Paléontologie,

révèle des traits de la vie d'une espèce d'ours, parente de l’actuel Ours à Lunettes,

qui a vécu en Argentine et en Amérique du Sud

et qui s’est éteinte il y a environ 11.000 ans.

L'étude a été menée par des chercheurs du Museo de La Plata et était basée

sur l'analyse de trois ours fossiles découverts en 2001,

lors d'excavations pour la réalisation de l'autoroute 2, autour de Mar del Plata.

Trois crânes, plusieurs os longs et des centaines de fragments d'os brisés

trouvés dans les carrières de Vivorata, correspondant à trois ours fossiles

- une femelle adulte et ses deux oursons – qui sont morts

voilà près d'un million d'années dans une grotte,

comme le note le Dr Leopoldo H. Soibelzon,

spécialiste du Département de Paléontologie des Vertébrés du Museo de La Plata

et chercheur du CONICET.

La découverte, qui a eu lieu en 2001, a eu un grand impact,

surtout que c’était la première découverte en Amérique du Sud

d’un groupe ours fossiles avec leur squelette articulé.

Toutefois, pour en savoir plus sur les caractéristiques de ces mammifères et de leur vie,

il a fallu qu'une équipe de chercheurs tente de reconstruire leur histoire

à partir des preuves matérielles et des études géologiques de la région,

travail qui a été réalisé par Soibelzon et ses collègues Lucas H. Pomi,

Eduardo P. Tonni et Sergio Rodríguez, du Museo de La Plata,

et Alejandro Dondas, du Museo Municipal de Mar del Plata.

Soibelzon, spécialiste en carnivores fossiles, a déterminé que les fossiles trouvés

correspondent à Arctotherium angustidens, espèce appartenant au même groupe

que les tremarctinés et que l'ours à lunettes, unique ursidé encore vivant d'Amérique du Sud.

Selon le paléontologue, il s’agit d’un ours de grande taille.

Le poids des mâles de cette espèce est estimé à 1.000 kg,

comparable à celle des plus grands ours polaires,

tandis que les femelles se situerait entre 600 et 700 kg.

Les restes découverts sont un crâne complet de femelle adulte,

ainsi que d’un autre crâne –complet lui aussi-, un autre en morceaux,

une mâchoire complète et des fragments d’autres, et de nombreuses pièces

des squelettes de deux jeunes mâles d’1 an et 1/2 à 2 ans .

Soibelzon explique que la détermination du sexe a été faite, comme pour tous les ours,

par la largeur des canines, tandis que l'âge de chaque spécimen a été établie

par le degré de fusion des os du crâne et du squelette, ainsi par l’usure des dents.

« Le fait de rencontrer un groupe avec leurs squelettes articulés,

explique le paléontologue de La Plata, ainsi que la présence d'un grand nombre de grottes

dans les environs ajoutée à la nature friable des sédiments - très faciles à émietter -

dans lesquels on les a trouvés suggère que les trois individus se trouvaient

dans une grotte au moment de leur mort. »

« C'est la première fois qu’on enregistre en Amérique trois ours ensemble

avec leurs squelette post-crâniens articulés – souligne Soibelzon -

mais c’est également la première fois qu'on les rencontre à l’intérieur d’une grotte. »

 

II - The largest known bear, Arctotherium angustidens,

rom the early Pleistocene pampeam region of Argentina :

with a discussion of size and diet trends in bears.

 

Le Plus Grand Ours Connu, Arctotherium angustidens,

du Pléistocène Supérieur de la Pampa Argentine :

Avec une Discussion sur la Taille et les Orientations Nutritionnelles chez les Ours.

 

LE PLUS GRAND OURS DE TOUS LES TEMPS

Il mesurait environ trois mètres et aurait été le mammifère terrestre

le plus puissant du Pléistocène. Il suffit de dire que les dimensions de l'humérus

sont comparables à celles d'un éléphant femelle d'aujourd'hui.

 

Une des missions de la science est d’enterrer les fables ou les mythes

mais le cas qui nous occupe pourrait générer des contes fantastiques

au sujet d'un ours géant qui vivait précisément là où se trouve actuellement

la ville de La Plata, il n’y a guère plus d'un million d'années.

 

Le Dr Leopoldo Soibelzon est l'auteur principal du document qui a été publié

dans la revue nord américaine Journal of Paleontology

et qui décrit le plus grand ours jamais connu jusque là.

 

Soibelzon, spécialiste dans l'étude des ours géants, a invité l'Agence CTyS

à comparer l'humérus de cette « bête » avec d'autres humérus de grands animaux

du Museo de La Plata, pour commencer à comprendre ses dimensions.

"Ici, nous voyons l'ours polaire qui mesure 1,40 m et qui est le plus grand qui existe aujourd'hui. Cependant, la comparaison entre son humérus et celui que nous apportons

montre que la différence est énorme », indique le chercheur du CONICET.

Aussi, mieux vaut comparer l’ours avec un animal de la taille identique.

Pour cela, Soibelzon se plaça à côté d'un éléphant actuel et commenta :

« Si l'on compare l'humérus de l’un et de l’autre, nous voyons que la différence est faible.

Imaginez le corps gigantesque que pouvait avoir cet ours ! »

 

Il n'y a pas d’enregistrement d'un plus grand Arctotherium angustidens.

Ce spécimen d’ours géant a été trouvé dans les années 30,

lors des fouilles de construction de l'hôpital San Juan de Dios de La Plata,

situé sur les rues 25 et 70.

Ses restes ont été trouvés à 9,6 mètres de profondeur dans l’étage ensénadéen.

Il a été donné au Museo de La Plata en 1935 par le Dr Agustin Sempé.

 

Depuis ce temps, les deux humérus reposaient sur les étagères du Museo de La Plata.

« Non pas que je ne connaissais pas l'existence de ce matériel mais il est très difficile

de trouver du temps pour étudier la totalité les collections », a déclaré Soibelzon.

 

Le plus grand parmi les grands

 

« À notre connaissance, ce spécimen constitue le plus grand ours jamais récupéré »,

ont déclaré Leopoldo H.Soibelzon et Blaine W. Schubert dans le document intitulé

« The largest known bear, Arctotherium angustidens, from the early Pleistocene Pampeam

Region of Argentina : with a discussion of size and diet trends in bears. »

 

Les auteurs ont déterminé la masse de ce mâle à partir de diverses équations allométriques.

La moyenne et la médiane de l’ensemble de celles-ci sont respectivement de 1588 et 1749 kilos.

« Je crois qu’en position verticale, il devait atteindre les trois mètres »,

a déclaré Leopoldo Soibelzon à l'Agence CTyS.

 

Qu'est-ce que Sherlock Holmes et son compagnon Watson, Soibelzon et Schubert,

pouvaient déterminer à partir de l'étude de l'humérus ?

C’est que ce dernier a subi une blessure grave dans sa vie, sur le côté gauche de son corps,

ce qui produisit une grave infection.

Pour aller encore plus loin, ils émettent même une hypothèse sur l'origine de cette blessure...

Les ours au cours du temps

 

Les ours actuels pèsent entre 45 et 750 kilos.

La publication de Schubert et Soibelzon détaille l'évolution chronologique et comparative

de la taille des ours de grande stature qui ont vécu en Amérique du Sud, Amérique du Nord

et Europe et ouvre une discussion sur la réduction de la masse corporelle au cours du temps.

« Nous avons été en mesure de déterminer ces tendances, très intéressantes,

à partir de l'étude de la masse de différentes espèces et d’analyses paléobiologiques,

comme par exemple leurs régimes alimentaires », a déclaré le paléontologue.

Sur l'une des diapositives présentées par les chercheurs du Journal of Paleontology

et lors d'une récente conférence internationale, Soilbelzon a expliqué à l'Agence CtyS

cette progression au fil du temps : « Quand l'ours est apparu en Amérique du Sud,

il y a deux millions d'années, il avait une taille vraiment énorme.

Pendant ce temps, à la même époque, les ours d’Amérique du Nord et d’Europe avaient

une masse corporelle moyenne à grande, mais restant dans des paramètres normaux. »

Longueur des humérus de plusieurs espèces

 

« Nous observons que, tout au long du Pléistocène, les ours d'Amérique du Sud

commencent à diminuer en taille, pour en arriver au temps présent,

avec l'ours à lunettes, qui ne pèse pas plus de 140 kilos,

tandis que ceux d’Amérique du Nord et d'Europe maintiennent leur masse

jusqu’au début de l'âge de glace, il y a environ 30.000 ans », poursuit-il.

Diamètre au milieu des humérus de plusieurs espèces

 

À la fin du Pléistocène, intervient l’extinction des espèces de grande taille.

Disparaîtront, bien sûr, l’Ours à Face Courte géant d'Amérique du Sud

et l'Ours des Cavernes européen.

De nos jours, ne vivent plus que des espèces petites à moyennes

telles que l'Ours Brun d'Europe ou l’Ours Polaire d’Amérique du Nord.

 

Evolution : de carnivore à herbivore

 

L’étude de Soibelzon souligne la réduction de taille d’Arctotherium angustidens

jusqu’au petit Arctotherium wingei, de masse corporelle inférieure à 250 kilos

et qui est apparu il y a 120 000 ans.

Il propose également une explication à cette évolution comme le passage

dune alimentation essentiellement carnivore à un régime beaucoup plus herbivore.

 

Le scientifique conclut que la variation de la taille de l’Ours à Face Courte géant était due

à l'émergence de nouveaux carnivores venus d'Amérique du Nord,

en corrélation avec le Grand Echange Biotique Américain

qui a commencé après l'émergence de l'isthme de Panama il y a 3 à 5 millions d'années.

En vert : ceux qui sont montés, en bleu : ceux qui sont descendus.

 

Ainsi, les ours ont diminué en taille et ont adopté un régime plus herbivore.

Il est important de considérer que l'obtention de la nourriture d’Arctotherium angustidens

ne dépendait pas uniquement de la chasse car il avait la puissance nécessaire

pour s’approprier les proies traquées par d'autres carnivores.

L’Ours à Face Courte géant était peut-être le plus puissant carnivore terrestre

de la fin du Cénozoïque et aurait pu se confronter, entre autres, au Tigre à Dents de Sabre.

De ces combats acharnés avec d’autres animaux féroces aurait pu résulter la blessure

et l'infection sur le côté gauche de l’individu décrit par Soibelzon.

 

Quoi qu'il en soit, cette petite histoire scientifique et préhistorique

ne semble pas finir aussi mal qu’on pourrait le croire.

Ceci dit, que tous ceux qui se seraient attachés à ce géant ne se lamentent pas :

sa blessure ne l’a pas empêché de vivre longtemps et de mourir à un âge avancé,

comme veulent l’indiquer les auteurs de la publication.

Comparaison des crânes d'Ours à Face Courte (1), Ours Noir (2), Grizzly (3) et Ours Polaire (4),

par Figueirido et al., 2010.

D'aprés l'article du forum France Paleo International: http://dinochat.ze-forum.com/t318-Arctotherium-angustidens.htm#p1499

Liens:

Images : Google images

 

http://leopoldosoibelzon.blogspot.com/

 

http://3.bp.blogspot.com/_yM60QjF_46c/SlurdTp036I/AAAAAAAAALs/zovb5mM3khw/s…

 

http://www.thelordgeekington.com/2011/01/arctotherium-angustidens-biggest-b…

 

http://www.bioone.org/doi/abs/10.1671/0272-4634-28.4.1232

 

http://www.grupopaleo.com.ar/paleoargentina/noticias23.htm

 

http://www.taringa.net/posts/noticias/8881257/Osos-eran-los-de-antes_-Arcto…

 

http://www.ctys.com.ar/index.php?idPage=20&idArticulo=324

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_échange_interaméricain

 

http://www.worldlingo.com/ma/enwiki/fr/List_of_prehistoric_mammals

 

http://www.fcnym.unlp.edu.ar/abamuse.html

Commentaires (2)

1. murgia jean francois vendredi 01 Mars 2013

bjr,
j ai regarde une emission parlant de l ours a face courte et il parlait de 4.5 m de long et 3.5 m au garrot pour un poid depassant souvent la tonne. mercredi 13 sur planete l emission jurassic fight club : les monstres de l age de glace

2. cenozoicpark (site web) samedi 07 Septembre 2013

bonjour, je connais ce documentaire. Les tailles ont été exagérées. Il mesurait plus probablement 3,50 m lorsqu'il se tenait debout. Au garrot sa taille devait être à peu près celle d'un homme.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×